Collections Retour Résultat de votre recherche Mizmar

Fonds Herzka Nil [he_0169]

Aérophones >> Hautbois

Mizmar (Egypte)

Graphie internationale : Mizmār

Collecté par H.S. Herzka,


Dimensions : 60.5 cm

Version égyptienne des zurnas, le mizmar se décline en trois longueurs pour des registres différents. Tout comme en Turquie, le mizmar accompagne mariages et danses ainsi que le dressage des chevaux.


Ph. Padrig Sicard

 

Ecouter...

Aperçu sonore - Disq. Music of the Nile Valey (ed.Lyrichord) - lpa001

"Le terme mizmar est dérivé de la racine sémitique, "mzr", qui veut dire « jouer ». Que l’on l’appelle zurna, "mizmar", "zamr", "shenaï", "ghaïta", le hautbois traditionnel , ancien instrument de plein air et de guerre émet ses sonorités stridentes du Maghreb à l’Asie.
La plupart du temps accompagné par un tambour à double membrane, il a développé un répertoire plus mélodique au cours des siècles, par l’intermédiaire de formations composés de 2 à 4 musiciens.
Importé en Egypte pendant l'époque ottomane, il devient instrument virtuose en Haute-Egypte, grâce aux zoummarin , les spécialistes de cet instrument installés dans le village de Djarâdjôs, près de Louxor. Utilisant le souffle continu les zoummarin savent pousser le mizmar au maximum de ses capacités.
Ils accompagnent en autre la fameuse danse des Tsiganes ghawazis, la danse paysanne du bâton (râqs al-tahtîb) et la course effrénée des chevaux (râqs al-khil) pendant les mawlid, les fêtes religieuses."

Alain Weber, Avril 2012
 

Pour aller plus loin, à découvrir dans les collections de músic les autres pièces et documents liés à cette aire culturelle  [ ... ]

 

 

 

Extrait de "Stefan raconte", film de P. Sicard, Céret, Avril 2007) - [f050_008]

* Notes s'appuyant notamment sur les connaissances transmises par H.S. Herzka et sur les recherches de P. Sicard, sonneur de bombarde, dans le cadre de la réalisation d'un DVD sur les hautbois du monde.